L’essor nécessaire des espaces collaboratifs en zone périurbaine

15

AVRIL 2019

Une aubaine pour tous !

Quand on se penche sur la définition ou la raison d’exister d’un tiers-lieu, c’est son caractère « facilitateur » qui nous saute tout de suite aux yeux.
Ces nouveaux espaces qui explosent depuis 2012 en milieu périurbain et rural, ont pour objectif de « faciliter la vie quotidienne » des salariés éloignés de leur lieu de travail, des entrepreneurs ou associations en manque d’espace meublé, équipé et connecté.
S’ils remplissent déjà cette mission qu’ils se sont donnés, leur rôle prend encore plus de sens et de valeur quand ils deviennent réellement des lieux d’échanges, de rencontres, de collaborations, de formations, d’entretiens voire même de recrutement !

L’essor des espaces collaboratifs dans des zones souvent plus résidentielles, moins au cœur des villes et des centres d’affaires, va répondre sans aucun doute à 2 enjeux plus que jamais d’actualité :

Un enjeu de développement durable et de tout ce que cela englobe
Les embouteillages de début de journée et de fin de journée de la périphérie au centre et du centre à la périphérie, qui en pâtie ? Tout le monde, oui tout le monde !
Quand on regarde les chiffres des déplacements travail-domicile ils représentent 30% du temps total des trajets des 12 millions de franciliens et 41% des distances totales parcourues.
Donc privilégier voire pousser le travail dans ces tiers-lieux c’est contribuer à diminuer au maximum le nombre de déplacements et à réduire au maximum les émissions de CO2, c’est déjà un bon pas (c’est le cas de le dire !).
D’ailleurs un nombre grandissant de grands Groupes implantés à la Défense ont récemment, par accord mutuel, mis en place un plan de roulement. Il prend la forme d’un cadencement des arrivées et des départs de leur salariés pour désengorger autant que possible les transports en commun. C’est déjà un début.
Mais tous ces retards, cet inconfort et ce stress sont aussi évitables par des solutions de télétravail dans les espaces collaboratifs. C’est tout la QVT des indépendants et des salariés qui est impactée positivement.
Et pas que…l’impact est également réel sur la performance et la productivité des entreprises qui ont adoptés ces lieux et le reflexe d’y travailler !

Un enjeu de booster d’emplois et d’activité économique en poussant à la rencontre
Ca commence d’abord par attirer les entreprises et les projets les plus innovants dans ces zones dans lesquelles elles n’ont pas forcément l’habitude d’aller, soit par à priori soir par peur de l’isolement par rapport aux autres acteurs et au marché.
Car c’est le contraire qui se passe dans ces lieux « collaboratifs » ! Ces espaces ne se limitent pas à fournir des bureaux pour des projets entrepreneuriaux mais agrègent de plus en plus de services : formations, pépinière d’entreprises, plateforme de créations artistiques…
Ils agrègent aussi et surtout de plus en plus de talents différents, qui se rencontrent physiquement et contractent des missions, des synergies de proximité et de qualité qui n’ont rien à envier aux solutions d’interim et surtout aux plateformes digitales de freelancing …

Maintenant qu’on a dit ça, il faut palier rapidement au manque encore à date de connaissance et de visibilité des tiers-lieux de zones périurbaines.
C’est ce qui nous anime quotidiennement chez Laburo dans nos collaborations avec des collectivités locales et des entreprises.

« Ces espaces collaboratifs agrègent aussi et surtout de plus en plus de talents différents, qui se rencontrent physiquement et contractent des missions »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *